Aujourd’hui, je cesse de motiver les autres

Un petit texte qui a comme interêt de (re)mettre en perspective l’application « hors de soi » des principes et bonnes pratiques apprises dans les séminaires de développement du management. Manager comme on récite une leçon, le nez dans le guidon du « bien faire »….Bonne lecture !

« J’aime que mes collaborateurs soient motivés, mais cela implique que je dois sans cesse stimuler, féliciter, encourager, inciter à agir, expliquer pourquoi nous procédons ainsi et pas autrement… tout cela sans que les véritables dynamiques personnelles ne se développent. C’est usant car j’ai l’impression que tout dépend de moi. Cela ronge mes forces.

A partir d’aujourd’hui, je cesse donc de vouloir motiver les autres. Celui qui motive peut avoir tendance à déprécier autrui. Il montre qu’il n’a pas confiance dans les capacités que les autres sont prêts à investir. Il s’adonne à une tâche de Sisyphe qui l’oblige à faire sans cesse de nouvelles promesses, à augmenter la pression pour que les choses avancent.

En fait, il n’est pas possible de motiver les autres. En revanche, je peux créer un cadre qui permette aux autres de développer leurs propres motivations. Comment ? C’est simple, je cesse de démotiver. J’accepte d’autres manières de penser et de faire. J’accorde tant que faire se peut les préférences et les talents de mes collaborateurs avec les tâches à accomplir. Je ne mets pas en doute la loyauté des autres s’ils expriment un avis différent du mien. Je ne cherche pas à dominer et briller sans cesse juste pour justifier mon rôle de chef. J’exprime plus souvent des compliments. Je me réjouis des bons résultats des autres. Je garde à l’esprit que les luttes de prestige, les démonstrations de force, les comportements autoritaires et le manque de confiance sont des facteurs démotivants, des fossoyeurs de motivations personnelles. Je considère que l’élément essentiel pour favoriser la motivation des autres est ma propre motivation car elle est communicative, et constitue la réponse la plus positive à un comportement de démotivation.

Et comment nourrir ma propre motivation ? En faisant des choses qui me procurent sens et joie. Sans nul doute, la motivation qui résulte de ce processus est mon meilleur atout pour planifier ma carrière professionnelle. »

Dix Libertés
Stephan Boëthius / René Marchand
Edition Time/System

Permalink

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *